Le revenu de base, l’idée clef pour un XXI siècle optimiste et créatif

L’idée du revenu de base, une bouffée d’air générale, excellemment expliquée dans le documentaire suivant. Ce ne sera pas du temps perdu, croyez moi. Bon visionnage.

8 Commentaires

Classé dans Documentaire, Economie, Politique

8 réponses à “Le revenu de base, l’idée clef pour un XXI siècle optimiste et créatif

  1. Damien

    Ha! Le revenu de base!
    C’est le sujet pour moi d’une longue réfléxion qui m’a amener sur des terres nouvelles et m’a profondément enrichi. Attention à tout les curieux, vous mettez le doigt dans un engrenage passionnant!
    J’en suis venu à réduire se sujet à la question des gains de productivité et à l’imperieuse nécessité d’en faire un débat national. Pour rappel les G. de P. ont doublé entre 1870 et 1980 et a nouveau entre 1980 et 2010.
    Cette progression exponentiel semble intenable et si on applique se principe à l’infini cela voudrais dire qu’un jour, un homme pourrait subvenir aux besoins de 100 ou 10 000; pour les nourrir mais aussi pourquoi pas pour tout les autre besoins? Que ferais alors cette masse de personne qui pourrais potentiellement être, nourri, logé, blanchi, éduqué,
    soigné, diverti… ?
    Sans le revenu de base (ou un autre système encore à découvrir) tout s’arrête. Car le seul homme encore au travail produit un bien ou un service que personne n’a les moyen se payer…
    Bernard Friot à écrit un livre récemment sur le sujet avec une nouvelle approche, la mutualisation du revenu…
    Je m’arrête. Je vous l’ai dit, c’est passionnant…

  2. rahane

    premier niveau de réflexion:
    possible pas possible? et qu’est ce qui l’empêcherait?
    les gains de productivité nous y conduisent automatiquement?
    dans les faits oui mais peutêtre aussi qu’il existerait encore un autre système que celui du revenu de base?
    par exemple une méga guerre d’extermination poussant un certain nombre à en éliminer beaucoup d’autres simplement paour une question de gestion des ressources plus facile compte tenu des moyens technique
    pourquoi croire que tout le monde voudrait partager?
    avec totu le monde à l’infini?
    autre option la supression pure et simple de l’argent tel que nous le connaissons
    afin d’éviter l’accaparement d’un argent qui deviendrait virtuel les comptes de tous sont remis à zero chaque mois et il n’existe plus d’argent liquide(non controlable)
    etc
    en regardant et écoutant attentivement la proposition du revenu de base je me suis dit que le monde n’était pas prêt
    l’homme est encore trop aux prises avec son besoin viscéral de domination.
    et puis le niveaux de besoins et surtout de réponses à ces besoins par l’économie telle quelle est actuellement dans le monde est par trop disaparate
    néanmoins les pays les plus pauvres seraient humainement bien plus propices à la mise en place d’un tel dispositif
    de quelle manière le revenu de base influe til sur la natalité?
    parce qu’à 7 milliards d’hommes sur terre peut-on lacher la bride sur ce sujet?
    cela résoud til le problème de la finitude des ressources minérales et autres?

    bref beaucoup de points encore à réfléchir et discuter.

    et nous en sommes encore devant une cata monétaire annoncée
    on ne pourra pas rembourser des illusions de dettes avec de l’argent virtuel.
    et sacrifier tout ce qui est d’ordre public et qui fonde la paix sociale sous prétexte que personne ne veut payer
    enfin personne
    les grosses multinationales et les fonds de pensions sont la demande ne fait que croitre en terme de demande de rente
    et derrière tout ça :: un groupe de vieillards nantis qui font peser sur le monde entier tel saturne dévorant ses enfants son avidité pour vivre une vieillesse dorée.

  3. rahane

    Ce sujet m’habite depuis que le l’ai longuement regardé et fait partagé à d’autres
    depuis m’est venue une idée complémentaire :
    si on modifie l’économie par le seul biais de réorganiser toute l’économie autour du revenu et non de la production de valeur et donc d’argent comme aujorudh’hui cela ne me semble pas pouvoir dépasser un certain stade. bBien sur le projet tel que décrit du revenu de base iimplique la reformulation de la perception des taxes mais c’est encore une vision trop restreinte qui n’est que le moyen qu’on se donne à son accomplissemnent.
    l’idée du revenu de base s’il devient le nouveau centre de formulation d’une nouvelle forme économique ne peut se contenter de substituer un centre à un autre centre sans fatalement se retrouver un jour face à toute une série de paradoxes identiques sur des questions de croissances infinies et de recherche de supports à créer des revenus de base à l’infini.
    nécessairement il faut passer à une dimension encore plus accomplie de la transformation de l’économie
    l’accomplissement et la transformation ne peuvent se réaliser que par l’incarnation d’un degré de liberté supérieur à celui de l’état précédent.
    je propose d’adjoindre à la réforme de l’économie comprenant le revenu de base la modification de la dimension de prix
    on remplace le prix des choses qui maintient le vecteur de la recherche de bénéfices qui est un des ferments toxiques de la crise que nous vivons par la libre participation
    les choses ou les services élaborés sont proposés pour un cout de revient incluant les taxes nécessaires à nourrir la vie publique. mais la réelle transaction se fonde sur la libre participation décidée par l’acheteur et non le promoteur.
    chacun doit payer au moins le cout de revient mais contribue à la perduration des choses proposées par sa libre participation = l’expression de son adhésion sa satisfaction son besoin matérialisé par sa libre participation en sus du cout de revient
    la libre participation étant différente d’un individu à l’autre seule la moyenne globale alimentera les possibilité de perduration des productions ainsi ajustées aux besoins réellement approuvée et exprimés
    la libre participation est totalement libre et non taxée.
    elle inverse le concept du marché tel que posé aujorud’hui du producteur proposant et du marché à conquérir.
    la régulation des productions et services se fait sur le mode de la libre adhésion et non de la captation et soumission du marché aux impérialismes divers.

  4. Je m’attendais tout de même à-ce que ça soit du temps perdu, et j’ai pris longtemps avant de la regarder. Au début très sceptique, je n’ai compris que lorsqu’ils ont parlé du financement, en proposant la TVA. C’est évidemment le mieux, la TVA est un impôt juste, elle taxe la consommation et non le travail.
    Il est certain que l’idéal serait un capital de base plutôt qu’un revenu de base, puisqu’au final, la consommation provient toujours d’un capital transformé par du travail. Mais c’est beaucoup plus compliqué à mettre en oeuvre, d’autant plus que les variations qualitatives du capital sont infinies ; alors que la monnaie permet l’expression à la fois de la valeur du travail et de celle du capital, donc en fait il s’agit tout autant d’un capital de base que d’un revenu de base, exprimé en monnaie destinée à la consommation. Reste à appliquer correctement cette TVA aux revenus générés par le capital spéculatif, pour que l’application de ce revenu soit vraiment juste.
    Donc finalement je suis moi aussi séduit, et agréablement surpris, puisqu’il s’agit d’une réflexion que j’ai depuis longtemps.
    On pourrait même aller plus loin et supprimer complètement l’état, en redistribuant à 100% cette TVA, en conservant une simple administration fiscale qui n’est en charge que de la redistribution (moins les deux ou trois pourcents de frais de fonctionnement de cette même administration), puisque chacun aura alors les moyens de payer directement l’école pour ses gosses, l’hôpital lors d’une maladie, le péage d’une route, etc. Plus personne ne serait jaloux de l’utilisation de l’argent de ses propres impôts (puisqu’on ne paierait que ce pour lequel on consomme, avec un prélèvement qui va à la consommation de tous), et on ne voterait plus que pour décider du montant plus ou moins élevé de cette TVA, qui, trop élevé, aurait tendance à entrainer de la paresse généralisée, et qui, trop basse, ne serait plus suffisante pour assurer le minimum vital, ou pour assurer son rôle de redistribution des revenus du capital (dont profiteraient alors les détenteurs de capital, ce qui accroitrait les inégalités, comme c’est le cas actuellement). Peut-être même qu’il faudrait aligner le taux de TVA sur la part du revenu du capital dans la création de richesses, afin que cette TVA soit véritablement l’équivalent d’une redistribution du capital.
    Ce système limiterait également l’inflation, puisque comme ce revenu est aussitôt reversé et qu’il est garanti, il y aurait beaucoup moins besoin de placer de l’argent à long terme, et donc plus d’intérêt à le faire circuler.

    @ Damien : l’idée de Bernard Friot n’a rien à voir, et c’était ce à quoi je m’attendais avant de regarder ce documentaire, donc c’est ce qui me rendait sceptique : l’idée de Bernard Friot est de tous nous fonctionnariser avec le même revenu pour tous, le tout financé par le travail, plus exactement par la cotisation sociale. Une idée qui ne pourra jamais satisfaire les libéraux, alors que l’idée du revenu de base pourrait satisfaire tout autant les gauchistes que les libéraux, donc une idée potentiellement consensuelle.

    @ Rahane : la libre participation ne changerait rien, puisque de toutes façons c’est la demande qui fait l’offre, et non l’inverse. En revanche, la libre consommation permet de choisir le type d’économie que l’on veut, ce que ne permet pas le service public puisqu’il est monopolisé. Ce qui fausse l’économie au profit d’une élite financière, c’est justement la complexité des impôts et rétributions (subventions, crédits d’impôts, …), c’est l’action de l’état qui agit sur l’économie pour fausser les prix et donc les choix de consommation. En ne taxant l’économie qu’avec la TVA, on rend la consommation seule maîtresse du choix économique, donc on libère l’économie de l’état, tout en la rendant totalement dépendante des consommateurs et donc de leurs choix économiques ou éthiques.

  5. Pingback: Comment résoudre le problème de la dette et du chômage? | Jardinons la planète

  6. janpiar

    En France, ça existe déjà … c’est le RSA (ex RMI).

    • karmai

      Le rsa est fortement conditionné et n’est pas comparable avec un revenu de base. Je vous invite à lire plus à ce sujet et vous constaterez les nombreuses différences.

  7. Pingback: Comment résoudre le problème de la dette et du chômage? | Jardinons la planète -

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s