Notre Dame des Landes acte le fiasco du principal parti écologiste

L’écologie politique qui explose en plein vol pour une histoire d’aéroport? Elle avait déjà failli sombrer sur une plage Bretonne, aujourd’hui c’est confirmé la catastrophe est là, c’est la politique par le parti vert.

Je me souviens de l’époque déjà ou Dominique Voynet n’avait pas été très dynamique (c’est un euphémisme) lors de la catastrophe de l’Erika en 1999. Mais là, Europe-Ecologie Les Verts (EELV) fait très fort et a décidé d’exploser en plein vol. Il ne faut pas oublier les retournements de vestes incroyables de ce parti. Jean-Philippe Magnen, lors des élections régionales en Pays de la Loire, où le thème de l’aéroport était important affirme au premier tour que « ce projet est une vision du passé » et qui trouvait que le PS avait adopté « une position incompréhensible, votant d’un côté pour un plan climat territorial ambitieux, et de l’autre, défendant un grand aéroport », affirmant ainsi très clairement sa position. Mais la girouette politique voit que ses sièges politiques sont conditionnés au ravalement de ses idées et entre les deux tours il note modestement que « l’aéroport est une compétence d’Etat ». Il obtiendra ses sièges grâce à l’alliance avec le PS.

C’est le même Jean-Philippe Magnen, alors devenu porte parole d’EELV, spécialiste visiblement de la langue de bois certifié FSC, qui prend de nouveau position contre le projet et cela pour maintenir l’intenable, la présence de ministres EELV dans le gouvernement même où le premier ministre est le chef d’orchestre de ce grand projet. Cecile Duflot, ancienne 1ère secrétaire d’EELV et désormais ministre du logement, a mis quinze jours à sortir de son embarras une fois les CRS aux grandes manoeuvres, on le comprend. Elle déclare alors que le désaccord est quelque chose d’acté entre le PS et EELV. On peut faire ça, mais se rend-elle seulement compte qu’elle se décridibilise complètement et qu’en tant que figure de proue de ce parti elle détruit toute sa légitimité et l’engagement de celui-ci? Jamais à mes yeux je n’ai vu d’explosion en plein vol aussi réussie. Elle est loin la Cécile Duflot qui déclarait en Juillet 2011 que « le pacte de coalition avec les socialistes ne se fera pas sans accord au sujet de l’aéroport ». Elle est encore plus loin la Cécile Duflot bien entourée de ses amis en train de planter un arbre sur la ZAD, la zone où sera construit l’aéroport, en signe de protestation.

Aout 2010

Cette photo, on dirait une sortie à la campagne, un vieux souvenir joyeux et printanier. On rit et tout est coloré. On plante un arbre en symbole d’espoir, comme un message pour les générations futures. Seulement voilà, aujourd’hui, les militants de NDDL pissent de mépris sur cet arbre, urinent sur ce faux-semblant de la politique de caniveau. Noël Mamère tente une sortie pour sauver sa peau de ce navire qui prend l’eau en déclarant que la position n’est plus tenable et que, en d’autre terme, comme l’avait dit Chevènement à une autre époque, « Un ministre, ça ferme sa gueule. Et si ça veut l’ouvrir, ça démissionne« . Mais le panier de crabes est bien fermé et Cécile Duflot de lui rappeler qu’il ne doit son poste de député qu’à l’accord politique passé avec le PS. Un parti de vendu, voilà ce qu’est devenu ce parti écologiste. De l’avis de beaucoup, voilà une organisation qui ne mérite que de périr de sa médiocrité.

Lettre à un ami Allemand

La révolte, comme le rappel Camus, comme le rappel cet extrait, c’est l’affaire d’une seconde où tout se décide. La vérité sur soi se décide rapidement, Cécile Duflot à mis quinze jour à accepter sa bassesse, elle n’a eu le courage ni de la fidélité ni de la révolte, elle a fait le choix d’essayer de faire tenir l’impensable ensemble, son désir de pouvoir et son idéal. Mais les deux bien vite vont voler en éclat. La vie de Cécile ne m’importerait pas autant si avec son naufrage elle ne venait pas mazouter tout un rivage d’espoir. Elle noie avec elle, les dernières planches de crédibilité qu’il y avait dans ce parti. Ecologiste convaincu mais pas de parti, je vois un profond recul de l’écologie. La rouille prenait depuis longtemps et même un capitaine honnête ne pouvait plus rien y faire. Adieu EELV, je ne t’avais jamais vraiment aimé, gît bien au fond de l’océan, si par chance un jour ton bateau s’échoue.

Paulo Anarkao – Le parti écologiste

4 Commentaires

Classé dans Bretagne, Politique

4 réponses à “Notre Dame des Landes acte le fiasco du principal parti écologiste

  1. Alex

    Je ne comprends pas pourquoi le projet NDDL mobilise tant de gens. Pourquoi se donne-t-on tant de mal pour faire capoter ce malheureux projet? N’y a-t-il pas de causes plus importantes, y compris pour un écologiste? A ce titre, la phrase « le pacte de coalition avec les socialistes ne se fera pas sans accord au sujet de l’aéroport » de Cécile Duflot me parait tout à fait satisfaisante: pour gouverner avec le PS, qui n’a pas partout les mêmes idées que nous, il faudra faire des compromis. Alors pourquoi pas, lâcher du leste sur NDDL pour s’attaquer à des enjeux plus importants comme le droit au logement pour ne citer que celui-ci? Je suis d’accord pour dire que la construction de cet aéroport est une ineptie, mais je n’irai pas manifester pour l’annulation du projet, parce que c’est une lutte qui n’en vaut pas la peine. Je veux bien défiler contre la destruction inutile de terres agricoles fertiles, mais par pour l’abandon de NDDL en particulier. Il y a un autre exemple: le plan Campus de l’Université de Saclay détruit 5000 ha de terres agricoles, qui en plus de compter parmi les dernières de la région parisiennes, comptent parmi les plus fertiles d’Europe grâce à leurs sols limoneux qui permettent de faire pousser de l’orge l’hiver sans jamais irriguer. Voilà aussi un beau sol que l’on détruit, mais sans personne pour pleurer pour lui, pas un média pour faire vaciller le gouvernement ou pour « faire voler en éclat » EELV. L’action collective moderne, qui déjà dispose de si peu de force devrait se mobiliser sur des objectifs majeurs, plutôt que de se disperser et perdre son temps sur de si faibles enjeux.

    • karmai

      Je suis d’accord avec toi sur l’idée que si ce n’était qu’une question d’aéroport, franchement, ce ne serait pas si important. En fait, pour moi, c’est beaucoup plus important, car ce projet est symbolique. Il est symbolique et c’est justement cela qui fait que 2000 ha sur Notre Dame des Landes est plus important que 5000 sur le plateau de Saclay.
      Je crois qu’au final, c’est la légitimité du politique qui est en mis à mal ici, à savoir la confrontation d’un projet porté par des représentants (très légitime d’un point de vue du suffrage universel) et pourtant fortement remis en question par la population dans le réel. N’y a-t-il pas là matière à contempler le fossé qui sépare une partie notable des gens et leurs représentants? Je veux dire par là que beaucoup de manifestants sur Notre Dame des Landes ont surement voté pour Hollande ou pour les écologistes, pourtant au pouvoir!
      Ainsi ce n’est pas l’aéroport le problème, mais ce fossé de légitimité qui se crée. Ce sera pour moi, l’occasion d’un nouvel article sur ce sujet.
      Bises à toi Alex 🙂

  2. Pingback: Notre Dame des Landes : La contre-démocratie | Jardinons la planète

  3. Pingback: Yann Arthus-Bertrand meurt dans un crash aérien à Notre Dame des Landes | Jardinons la planète

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s