Notre Dame des Landes : La contre-démocratie

Au delà de l’aéroport de Notre Dame des Landes se joue une bagarre politique de haute voltige, celle de la démocratie. A la défiance croissante des représentants élus se construit en réaction une plus forte contre-démocratie qui bouleverse les lignes de la légitimité. De plus en plus, les citoyens demandent de pouvoir prendre en main plus directement le domaine du politique, et c’est dans le champ bouillonnant de la société civile que se construit cet approfondissement de la démocratie à venir.

(Photo : Rennes TV – le gendarme dissident)

Alimenté par un feu médiatique provenant de toutes parts, des là-bas si j’y suis assez classiques aux plus inattendus du genre TF1 traditionellement plutôt hostiles à ce type de mouvements, la lutte contre Notre Dame des Landes s’intensifie. Plus de 30 000 personnes de toutes générations sont venues de toutes la France le 17 Novembre sur la ZAD pour soutenir ceux qui s’opposeront sur le terrain à ce projet d’aménagement dans les mois et peut-être années qui viennent. Le plus étonnant, est la diversité hallucinante des opposants : des anarchistes, des décroissants, des citoyens de gauche déçus du choix du gouvernement, des bretons, des écologistes, des anti-capitalistes, des agriculteurs, des alter-mondialistes, des anti-spécistes, et parfois un peu tout ça à la fois et bien plus. Et cela, c’est sans compter avec tout ceux qui, à droite comme à gauche, n’ont pas tant la fibre manifestante mais qui, si on leur demandait, sont contre ce projet. Je pense aux anti-élites du front national, aux électeurs de droite soucieux d’une gestion précise des finances publiques, des libéraux contre l’expropriation, etc. Qu’est-ce qui regroupe toutes ces personnes?

La raison qui regroupe cette diversité est la démocratie, ou plus exactement la contre-démocratie, c’est à dire tous les contre pouvoirs non institutionnels qui surveillent, notent et contestent la démocratie représentative pour garantir la démocratie comme système. Seul Europe-Ecologie-Les-Verts tente l’impossible grand écart d’être à la fois dans la représentation et dans la contre-démocratie, mais ce mélange des genres est une erreur politique qui leur coutera très cher, un fiasco écologique.

Illégal mais légitime : La contre-démocratie

Voilà bien un mot d’ordre qui pose un dilemme énorme car d’un côté, dans le cadre de la constitution française, Jean-Marc Ayrault est un héro de la Démocratie. En effet, il a été élu 20 ans d’affilé au suffrage universel comme Maire et Député, puis choisi comme premier ministre. Honnêtement, difficile de faire plus légitime dans notre Etat de droit. De l’autre, dans le même cadre, on a effectivement des occupations illégales de terrains voués à devenir un aéroport. Seulement voilà, l’histoire ne semble pas donner raison au premier, qui même subit de fortes turbulences alors même qu’il atteint les plus hautes altitudes de l’Etat. Comment expliquer une telle incohérence? Il ne peut y avoir que deux conclusions possibles. Soit ce peuple qui se lève est ignorant et aspire à la mise à bas de l’Etat de droit et au chaos, soit la légitimité politique garantie par la constitution est vacillante et il existe une légitimité non reconnue qui se déploie sous nos yeux. Il ne peut s’agir bien évidemment, pour l’écrasante majorité des manifestants que de la seconde option.

Le Ayrault Socialiste

Les démocraties modernes s’organisent autour d’une très grande défiance de leurs représentants. A l’opposé d’un discours rabâché qui voudrait que le citoyen ait déserté le champs du politique, Pierre Rosanvallon, historien de la démocratie et inventeur du concept de contre-démocratie, démontre que bien au contraire celui-ci est engagé, mais dans des étages et des structures de la société qui sont hors cadre de la démocratie institutionnelle (celle des élections, des parlements, etc). La méfiance généralisée envers les partis politiques, et la main mise quasiment absolue d’un seul parti dans les institutions (L’essentiel des régions, le sénat, le parlement et le gouvernement) provoquent en réaction une poussée contre-démocratique visant à limiter le pouvoir. Ainsi, c’est la méfiance légitime et salutaire de la démocratie qui est en jeu à NDDL car la raison est du coté des opposants. A NDDL, la contre-démocratie fait bien son travail.

Historiquement, si la France est « le pays des révolutions », c’est parce qu’à pouvoir central semble toujours s’être opposé une légitimité plus grande de la rue, du peuple, du prolétaire, qui s’exprimerait dans la justice universelle mais qui serait méprisée par ce même pouvoir. On s’étonne beaucoup à l’étranger de cette France qui manifesterait pour un oui ou pour un non. Le fait est que l’hexagone n’est pas le champion européen du temps de manif. Par contre, la rue a une place symbolique dans la politique plus grande qu’ailleurs. La rue, c’est 1789. Un certain média ne s’y est pas trompé au tout départ. De la même façon, il est symptomatique qu’un premier ministre en 2003 ait lancé : « La rue doit s’exprimer mais ce n’est pas la rue qui gouverne« . Pourquoi lancer une telle invective, si l’ambiguité n’existe pas? La rue est le lieu de l’indignation et de la révolte. La France est le pays qui donne à cette idée toute son existence par son meilleur auteur, Albert Camus, dont le modeste héritier Stéphane Hessel tente d’allonger l’écho jusqu’à nous. Révolte contre l’absurde, celle d’un aéroport qui semble inutile et qui finit par baisser les yeux lorsqu’on le regarde sans ciller. En fait, ce n’est pas l’aéroport le problème, car hier c’était une centrale nucléaire, et encore avant un camp militaire, le problème c’est encore et toujours la question de la légitimité de l’Etat.

La contre-démocratie se bat avec des symboles faute de légitimité institutionelle

Ici tout est affaire de symbole, le nom de l’opération policière baptisée « César » qui a délogé une partie des manifestants n’aurait pas pu être plus mal choisie (peut-être opération sodomie, et encore). C’est à juste titre que les Zadistes (ceux qui squattent la zone de l’ex-futur aéroport) ont appelé la manifestation de réoccupation « opération Asterix ». Manoeuvre populaire qui a vu la création en une journée d’un village de lutte et la réinstallation de cabanes perchées d’Assurancetourix dans la forêt de Rohane. Le parallèle en effet est trop beau. Le micro village d’irréductibles gaulois mené par le juste Asterix contre le projet impérial de César. La messe est dites, Asterix ne peut être terroriste que si son opposant est un dictateur.

Asterix : Le domaine des Dieux

Le village assiégé, que ce soit de camps militaires, d’un projet touristique ou d’un aéroport, c’est toujours l’idéal de la commune où semble régner l’égalité et les bagarres internes sans importances qui finissent toujours dans la convivialité. La hiérarchie y est faible et l’autorité tournée gentiment au ridicule.  C’est symboliquement la lutte contre le développement d’un empire qui domine (presque) sans  partage sur un monde décent qui s’efface devant le rouleau compresseur de la civilisation.

Ce qui assaille ce lieu est donc très visible, c’est le capitalisme d’Etat, regroupant à la fois le monopole de l’Etat avec les oligopoles privés, l’empire Romain de notre époque. Comme dans le célèbre album d’Asterix Le domaine des Dieux, c’est l’équilibre (le pan metron grec) qu’il faut retrouver face à la démesure (hybris) impériale. L’équilibre ici, c’est le village de gaulois, un lieu d’égaux, une utopie impossible, mais qui existe par réaction au pouvoir. Espérons que ça finisse en banquet sous la lune.

L’avenir de la démocratie

Toutefois, cette contre-démocratie a un pendant sombre, parce qu’elle base sa légitimité d’action sur la nature imparfaite de la démocratie-représentative et participe à l’approfondissement d’une remise en cause de la démocratie. La contre-démocratie ne fait pas société en elle-même, notamment parce qu’elle est traversée de trop de courants contradictoires au niveau des projets de société qui la compose. L’horizon noir de la contre-démocratie est l’anti-démocratie. On a pu voir par exemple, sur le site de Notre Dame des Landes, des comportements ouvertement discriminatoires, voir même carrément hostiles vis à vis des journalistes en tant que symbole de la presse  vendue aux forces du capitalisme d’Etat et qui seraient ainsi un soutien objectif aux défenseurs du projet d’aéroport. On a pu voir sur ce blog combien une telle vision est simpliste. Invalider la liberté d’expression au nom de la nature fondamentale de la presse, à savoir le fait qu’elle propose une très grande diversité de points de vues, de Challenge au Canard enchainé, est un danger pour la démocratie même. Relativisons tout de même ce risque, même si il existe.

En fait, de manière plus radicale, cette contre-démocratie est aussi le symbole que jamais les citoyens d’une démocratie moderne n’ont été aussi autonomes car majoritairement bien formés, ayant accès à l’information et disposant de temps libre pour s’occuper de leur vie de citoyen. En conséquence, les inefficacités des représentants sont jugées de plus en plus intolérables et des formes plus directes de démocratie refont surfaces. En France, en ce début de XXI siècle, c’est Etienne Chouard qui déploie le plus d’énergie à tenter de faire valoir la possibilité de former un pouvoir directement exercé par le peuple. Comme par hasard, c’est par internet, média le plus horizontal qui soit, que se diffuse sa « découverte » de la démocratie directe Athénienne, une boîte à outil décapante faite de tirage au sort et de contrôle judiciaires des charges politiques. L’horizon de cette autonomisation des citoyens semble surgir aussi par des initiatives discrètes dans le monde, comme celui des FabLabs, des approches en open-source, en architecture ou encore dans la grande distribution. De même au niveau économique, la possibilité d’une autonomie financière individuelle par un revenu de base semble pouvoir être un catalyseur essentiel de cette nouvelle liberté à saisir, et donner une légitimité pleine et entière à l’activité de citoyen. L’horizon d’une démocratie enrichie est vaste et riche, Notre Dame des Landes pourrait en devenir un symbole important.

9 Commentaires

Classé dans Bretagne, Démocratie, Philosophie, Politique

9 réponses à “Notre Dame des Landes : La contre-démocratie

  1. Trés intéressant ce concept de « contre-démocratie » !
    Je connaissais les travaux d’Etienne Chouard mais pas ceux de Rosanvallon. Merci pour la découverte.🙂

  2. Pingback: Notre Dame des Landes : La contre-démocratie | Jardinons la planète | décroissance | Scoop.it

  3. Pingback: Notre Dame des Landes : La contre-démocratie | Notre Dame des Landes | Scoop.it

  4. Merci ! j’ai redistribué !

  5. Pingback: Yann Arthus-Bertrand meurt dans un crash aérien à Notre Dame des Landes | Jardinons la planète

  6. Pingback: Izaura contre la ville moche et morte | Jardinons la planète

  7. Amour Power

    nous ne savons pas encore pas tous que c’est la Trilateral, rockfeller les franc maçon et compagny qui mènent la barque,sauf que ce n’est pas en assasinant des enfants (bébés) tout en les sodomisant, torturant et violant qu’ils sauvent leurs ames.
    Meme en essayant tres dur, ils ne pourront rien contre le super pouvoir de l’AMOUR DIVIN;
    SOIT ILS CHANGERONT SOIT ILS PASSERONT
    PENDANT CE TEMPS NOUS pouvons renverser le pouvoir de Hollande car tous les politiques sont des marionnettes

    • karmai

      Je ne suis ni déiste, ni conspirationniste, j’ai donc énormément de mal à trouver le sens à votre discours confus qui passe du complot de la trilatérale à la démission de Hollande en passant par l’amour divin et des enfants sodomisés. Je crois que vous devriez passer moins de temps à lire sur internet des articles, que j’imagine mal référencés, car vous semblez perdre un peu pied avec la réalité.

      Après on peut prendre ses désirs pour des réalités, je n’ai rien contre ça, tant que ça n’atterrit pas sur un commentaire qui m’est destiné🙂

  8. Pingback: L’histoire des ZAD – le théâtre des opérations contre le forum citoyen | Jardinons la planète

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s