La démocratie est-elle favorable à l’écologie?

EcofachismeQuel système politique est le plus adapté pour résoudre les défis écologiques de notre temps? Faut-il, comme il est parfois mentionné, une dictature écologique pour trancher les problèmes rapidement et avec force car l’urgence l’imposerait? Est-ce que la démocratie serait au contraire, le meilleur système pour résoudre les défis écologiques? De tous les régimes déjà présents sur Terre, pouvons nous répondre à cette question?

Pour tenter de répondre à cette question, j’ai interrogé Dominique Bourg lors d’une conférence débat lors de la fête de la connaissance de La Novela à Toulouse, dont le sujet était « la démocratie est elle capable de répondre à la crise écologique ». Je lui ai demandé si une corrélation avait été mesurée entre démocratie et écologie pour les différents pays du monde? Les intervenants ont du être rappelé à l’ordre par le public pour être sommés d’y répondre, ce qu’ils ont fait, mais en bottant en touche. J’ai donc pris sur moi de lui répondre par ce petit article pour une question qui me parait importante.

Pour cela, j’ai pris les résultats démocratiques fourni par l’indice démocratique (de la Corée du Nord à la Norvège) et je les ai comparés avec des grands classements écologiques mondiaux. J’en ai choisi deux, de philosophies très différentes : l’empreinte écologique mis en avant par la WWF, et l’indice de performance environnementale développé par l’université de Yale et de Columbia. Le premier étant marqué par l’impact porté sur le monde entier par un citoyen d’une nation, alors que le suivant marque surtout la capacité d’un pays a prendre soin de son environnement au niveau de son territoire.

Le traitement statistique de ces données indiquent qu’il n’y a pas de corrélation significative entre démocratie et écologie, et ceci quel que soit l’indice utilisé. La prise en compte de l’environnement n’est donc que faiblement relié au système politique.

Démocratie-écologie

La régression linéaire indique une faible corrélation entre démocratie et soin de l’environnement

Ceci est d’ailleurs diablement logique car la démocratie se démarque par le fait que le bien-être des citoyens est au coeur des problématiques politiques. A ce titre, le chômage, le pouvoir d’achat, l »espérance de vie, etc, sont des préoccupations majeures. Comme je l’avais déjà décris dans un autre article sur le réchauffement climatique, la norme du bien être n’est pas véritablement négociable dans un système démocratique. Ainsi, l’écologie n’est intéressante dans une démocratie que si les nuisances impactent le bien-être des citoyens. Assez logiquement, on verra ainsi la performance écologique d’un pays (c’est à dire le soin écologique porté à ses citoyens) atteindre ses niveaux les plus élevés dans les démocraties les plus avancées.

En regard de cela, on n’observe pas à ma connaissance de régime autoritaire qui impose un agenda écologique à ses citoyens. Cuba, par exemple, parfois montré en exemple du point de vue de environnemental, n’est une dictature « verte » que par la force d’un embargo imposé par les Etats-unis et n’est en rien un désir écologique du gouvernement.

ChunlongSun_Casto

Chunlong Sun – Castro

D’une certaine façon, c’est un résultat très rassurant car cela veut dire que les problématiques écologiques n’ont pas besoin d’attendre que les transitions démocratiques aient lieu dans le monde. Une négociation écologique internationale est possible avec toute la diversité des régimes politiques présents sur la planète aujourd’hui. Encore plus, nous n’avons donc aucune raison de penser qu’un régime autoritaire serait particulièrement nécessaire pour résoudre les problèmes écologiques et, ça aussi, c’est plutôt rassurant. Si l’approfondissement de la démocratie peut être un objectif désirable du point de vue politique, l’argument écologique n’est probablement pas très intéressant à mobiliser dans ce domaine car il n’a, à la lumière de cette petite analyse, que très peu d’importance. Cela contribue donc à relativiser également le travail de Dominique Bourg sur l’ingénierie constitutionnelle d’une 6ème république écologique qu’il propose dans son dernier livre pour mettre l’écologie plus au coeur des systèmes politiques mondiaux. Ceci explique peut-être enfin pourquoi il n’était pas très enthousiaste de me répondre😉

(Pour ceux qui voudraient jouer avec les données, vous pouvez les télécharger là)

1 commentaire

Classé dans Démocratie, Politique

Une réponse à “La démocratie est-elle favorable à l’écologie?

  1. BZH Ibis hotel

    Voilà un article fort ennuyeux… Enfin pas l’article bien sûr, le contenu hein (humour). En tant que membre actif de l’Association pour la défense de l’ibis noir opprimé de Bretagne (ADINOB), c’est un soulagement de lire tout ça.
    Ah merdrre, me suis plantée de post.
    Enfin merci à toi pour cet article qui m’a bien fait rigoler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s