Les potagers de la tour Eiffel

J’avais envie de vous partager une histoire singulière, celle de la ville de Tianducheng en chine. Cette citée fait partie d’un très grand nombre de villes fantômes dont les images ont largement été diffusées sur internet. Elles sont le symbole de la spéculation immobilière mondiale. Le film Let’s make money d’Erwin Wagenhofer en parle très bien.

Le Dailymail a fait un article dédié à cette ville de Tianducheng car ses 10 000 places quasiment toutes inoccupées suivent un design qui recrée l’ambiance de la ville de Paris, jusqu’à la réalisation d’une réplique de la tour Eiffel.

Tianducheng_potager

Ce qui m’a le plus touché dans cette ville, c’est le grand espace vert en cercle qui entoure la célèbre tour parisienne, supposé au départ être entretenu selon les principes du jardin à la française et qui se voit aujourd’hui littéralement recouvert de potagers.

C’est la vie qui reprend le dessus, c’est une petite victoire par le bas. Je trouve d’ailleurs cette mosaïque de petits potagers absolument magnifique, d’une agréable vitalité. C’est toutefois le symbole d’une déprise urbaine manifeste quand le faire valoir le plus intéressant en plein cœur d’une ville est l’agriculture.

Un argument de plus contre la ville (et l’économie au sens large) planifiée, le plus souvent incapable d’aller dans le sens où va la vie. Espérons pour les Chinois que ces délires urbains ne fassent pas exploser une bulle immobilière d’une telle ampleur qu’ils en perdent le confort de vie gagné ces dernières années.

Ailleurs sur ce blog :

Le LEGO : L’avenir de l’architecture écologique?

Faut-il construire des tours pour densifier les villes et économiser des espaces naturels?

Un pas de côté nommé Hundertwasser

2 Commentaires

Classé dans Agriculture, Urbanisme

2 réponses à “Les potagers de la tour Eiffel

  1. Jules BUMHY KAPAY

    Vous savez, je suis au Congo Kinshasa et mon Père fut un fermier. J’étais pratiquement le seul de ma famille de 8 enfants, qui s’intéressait beaucoup à la végétative, au jardin… Il m’était difficile de convaincre mes 3 Frères et 4 Sœurs à accepter de composer pour empêcher les paysans voisins de la ferme abandonnée depuis 2 décennies à considérer les 30 ha que couvrent l’espace forestier comme une réserve et un site touristique qui relate d’une part l’histoire ancestrale et d’autre part introduit les technologies de modernités adaptées au mode de vie des paysans pour signifier la vie actuelle.
    Cette image de la ville en Chine m’inspire davantage et stimule mon enthousiasme de croire à la possibilité de transformer le monde davantage en vert.
    Jules BUMHY Kapay

  2. Article très intéressant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s