Le talentueux Mr Roddier : le catastrophisme éclairé

Ces derniers temps, j’ai beaucoup réfléchi au catastrophisme de notre époque, souvent en le critiquant, parfois en pointant certains risques comme l’épuisement du pétrole. A ce sujet, l’apport le plus notable m’est arrivé sous la forme d’un commentaire à un de mes articles (merci Damien), avec un lien vers une conférence de François Roddier, astrophysicien à la retraite qui s’est penché sur l’évolution des sociétés humaines :

Sa conférence, nous décris un monde évolutif dont les grands ressorts de son évolution sont cycliques et dirigés par des fondements physiques. Je pourrais parler des heures de sa conférence, et de son livre brillant également. L’histoire décrite, est celle de « cristallisations » successives, des tribus humaines jusqu’aux mégapoles mondiales, de la peinture rupestre jusqu’à internet. François Roddier nous présente alors le risque de notre avenir. Soit nous sommes capables de coopérer à l’échelle mondiale pour atteindre un niveau d’organisation à cette échelle, soit nous sommes condamnés à voir se disloquer nos tours de Babel vers des états d’organisations inférieurs. Le rejet de l’Union Européenne et la montée des nationalismes répond de cette logique : faute d’une coopération plus globale susceptible d’apporter suffisamment de bienfaits aux être humains malgré les efforts consentis, le replis xénophobe est la conséquence logique. Pour beaucoup, mieux vaut se retourner vers un passé idéalisé où l’on collabore efficacement dans l’entre soi que se tourner vers un futur sombre où intégrer la différence ne semble plus apporter de prospérité. Le bruit du Front National, c’est le craquement d’une avalanche xénophobe et solidaire qui nous vient du fond des âges.

6 Commentaires

Classé dans Climat, Démographie, Economie, Histoire, Mémétique

6 réponses à “Le talentueux Mr Roddier : le catastrophisme éclairé

  1. Jérôme T.

    Je vais regardr ce bel apport.
    Pa contre il m’est toujours aussi désagréable de lire le genre d’analyse si « binaire » qui catalogue une « montée » du FN comme exemple de notre déchéance.
    Je vous invite cordialement à décloisonner vos concepts. (j’aurais alors encore plus de plaisir à vous lire)
    Cordialement,

    • karmai

      Ce n’est pas binaire. Le Front National est effectivement xénophobe, c’est l’évidence. En même temps, je ne peux qu’observer que les gens aspirent à être solidaire au sein d’une nation et que cette solidarité est à même de pouvoir améliorer la vie des gens. C’est un dilemme que je ne trouve pas si binaire que ça.

      • Jérôme T.

        Ça m’a évité de mettre les pieds dans le plat, car ce sont surtout les positions sur le « besoin » d’une « Europe » avec lequel je suis, non en désaccord, mais franchement pas attiré et que je juge duelles ou binaires. L’Europe construite depuis des décennies n’ayant pas pour but l’intérêt collectif, je trouve ce genre d’opinion dangereusement biaisée. Et encore, je ne m’intéresse que peu à la politique (préférant les actions citoyennes constructives).
        Mon but n’était pas de créer débat, mais j’ai du mal m’exprimer… (et je ne suis ni FN, ni pro je ne sais quoi, mais peut-être seulement libertaire et utopiste engagé😉

      • karmai

        A ce sujet, tout le piège est là : ni une communauté plus grande (par exemple l’Europe) ni le retour à la Nation (Le front National) ne semblent être des solutions pour des individus qui aspirent à la liberté, ce que nous semblons être. L’avenir n’est pas très bon, si on accepte ce dilemme.

  2. flyingdust

    Il faux briser les frontières idéologiques, se recentrer sur l’essence des mots et les associer. Décroissance énergétique et matérielle, perfectionner les échanges apportant de la diversité, en éliminant les complications mondialistes, produit des déséquilibres financiers, développer des technologies avec comme mot d’ordre l’amélioration de la biodiversité. recherche d’une autonomie alimentaire et énergétique locale, pour ne pas donner aux échanges une nécessité vitale (partir du principe qu’un réseau peut se rompre). Chaque mouvement apporte une logique qui complète la solution globale: décroissance, écologie, libéralisme, nationalisme, communisme,… Pris séparément les idéologies tournent vite en boucle.

    Bon article!

  3. Pingback: Réflexion sur le rejet du revenu de base par le gouvernement Suisse | Jardinons la planète

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s